Pour tout connaitre du Botox et de l'Acide hyaluronique

Grâce aux injections esthétiques les rides ne sont plus une fatalité, de nos jours la médecine esthétique est une alternative sérieuse aux interventions plus lourdes de chirurgie esthétique.


Injection de botox

La chirurgie esthétique est une spécialité récente. Il s'agit d'un domaine médical en perpétuelle mutation comme le montre l'évolution vers la médecine esthétique. Les meilleures techniques de rajeunissement du visage sont celles qui donnent un résultat naturel avec un minimum de risque. Les injections de botox et d'acide hyaluronique entre les mains d'un chirurgien esthétique à Nice expérimenté donnent des résultats excellents. La chirurgie esthétique avec des intervention comme les liftings et les blépharoplasties reste incontournable quand les stigmates du vieillissement sont trop important. La médecine esthétique permet de rajeunir le visage de façon naturelle en évitant les risque de la chirurgie. Le botox permet de traiter les rides dynamiques du haut de visage comme les rides du lions, les rides du front ou les rides de la patte d'oie. L'acide hyaluronique permet de combler les sillons, de traiter les atrophies et l’affaissement du visage. Sur ce site internet vous trouverez des informations sur la composition, les techniques d'injections mais aussi les complication du botox ou toxine botulique et de l'acide hyaluronique.

Plusieurs toxine botulique sont utilisés en esthétique faciale cependant les équivalences de dosages n’ont jamais véritablement été établis. Nous décrirons donc les techniques pour la toxine la plus documentée au niveau de la littérature en indication esthétique: BOTOX de type A. Dans les premières publications dans des indications neurologiques et ophtalmologiques, le ratio de convertion entre DYSPORT et BOTOX était élevé, 4:1 et parfois plus. Actuellement pour les indications cosmétiques, le ratio nettement plus bas. Les AMM obtenues au niveau de la glabelle utilisent toutes 5 points d’injection. Utilisant 4 unités Allergan [137] (20 unités pour la glabelle) contre 10 unités Galderma-Ipsen par points (50 unités pour la glabelle). Le rapport est donc 2,5:1. Pour des raisons didactiques nous présenterons les techniques pour le BOTOX, Allergan 100 unités, produit présentant le plus de publication au niveau mondial. Reconstitution et manipulation La toxine de Clostridium botulinum de type A se présente en flacon contenant 100 U sous forme de poudre lyophilisée. Selon les informations d’utilisation, la poudre doit être reconstitué avec 2,5 ml de solution saline non préservée à 0,9 %. Le volume de dilution peut varié de 2,5 à 3 ml, en fonction des préférences du praticien, du nombre et du volume d’injection. Aucune étude n’a démontré que le volume contribuait significativement à la diffusion.

La concentration ne semble pas modifier l’efficacité. En revanche, une étude anecdotique rapporte que plus le volume est important, plus la durée d’efficacité est faible. Les recommandations en terme de conservation (utilisation 4 h après reconstitution) doivent être respectées bien qu’une étude ne montre pas de différence d’efficacité du produit reconstitué 6 semaines avant l’injection. La toxine reconstituée doit être conservé à 4°. Une fois reconstituée, la solution doit être claire sans particule en suspension. La reconstitution doit s’effectuer sans agitation agressive et sans formation de bulles. Procédure d’injection: type de seringue-prise en charge de la douleur Les conseils d’utilisations recommandent l’utilisation de seringues à tuberculine. De nombreux injecteurs utilisent des seringues à insuline. Elles sont toutes à usage unique. La seringue à insuline ne présente pas d’espace mort, évitant la perte de solution. Les aiguilles sont de 30 gauges en général. Les 32 G sont moins douloureuses mais d’utilisation plus difficile. Des topiques anesthésique ainsi que l’utilisation de glace ont prouvés leur efficacité sur l’inconfort au cours de l’injection. Dosage et site d’injection Chaque zone traitée varie dans le nombre, la localisation des points d’injection, dans la dose initiale, et de la dose totale. Une distinction doit être faite entre l’effacement des rides et la modification de la forme et de la position des structures. L’évaluation pré-opératoire, la prédiction des résultats thérapeutiques, leur répartition uniforme permet seule de créer une harmonie faciale. Un plan thérapeutique doit être élaboré avec le patient en vue d’une prise en charge individuelle. La connaissance de l’anatomie musculaire ainsi que la physiopathologie des balances est indispensable en vue d’un traitement optimum. Le nombre d’unité dépend de la région et des caractéristiques musculaires. La masse musculaire et les amplitudes de contractions sont des éléments essentiels. Ainsi, les hommes nécessitent plus de toxine que les femmes. L’épaisseur cutanée participe aussi au choix des doses. En général, les peaux épaisses nécessitent plus de produit.

La profondeur de l’injection de botox dépend de la localisation du corps musculaire: au niveau de l’origine du corrugator l’injection est pré-periosté alors qu’elle est sous-cutané au niveau de l’orbiculaire. L’injection doit être intra-musculaire et perpendiculaire au plan cutané. Considérations esthétiques Les désirs des patients doivent être pris en considération mais ne peuvent seuls guider la prise en charge. Le jeu musculaire facial est une mécanique subtile. Le traitement isolé de certaines zones ne peut se concevoir. Le traitement s’intègre dans une harmonie globale de la face. Par exemple, le traitement des rides frontales, glabellaires, et de la patte d’oie modifient la forme et la position du sourcil. Celles-ci doivent être considérées avant l’institution du traitement. De plus, les critères esthétiques du sourcil dépendent du sexe du patient: alors qu’il est arqué chez la femme, il est plus aplati chez l’homme. Sélection des patients, information, conseils La qualité du résultat dépend de la sélection des patients. Il est illusoire de vouloir traiter des rides profondes sévères qu’avec de la toxine. La satisfaction du patient passe par le planning envisagé et les résultats escomptés. Des photos pré-procédurales et au cours du suivi permettent de visualiser le résultats et d’envisager des retouches éventuelles. Les effets indésirables restes rares. Quelques précautions pré et post procédurales permettent de les prévenir: -éviction 10 à 15 j avant la séances de vit E, aspirine, AINS -injection sous une lumière de bonne qualité et utilisation éventuelle d’une loupe afin de détecter des plexus veineux sous-dermique. Les patients doivent recevoir une information sur les effets indésirables. Ils doivent cependant être avertis de la longue expérience d’utilisation du produit, de la faible proportion des ces effets et de leurs caractères bénins et transitoires. Les études rétrospectives confirment la sécurité à long terme du produit dans toutes les zones faciales. La plus grosse étude est américaine, 50 patients ont subi 853 séances. Seuls 10 effets indésirables ont été rapportés dont 5 seulement sont en rapport avec la toxine botulique de type A. Parmi ces effets, il a été noté 2 ptôses sourcilières bilatérales, une ptôse sourcilière droite, une ptôse palpébrale droite et une dysphagie. De plus ce risque d’effets secondaires sont augmentés

chez les auteurs américains qui utilisent des points d’injections frontaux bas situés. Les autres effets indésirables comme la douleur et les hématomes ne sont pas directement liés à l’utilisation de la toxine. Une étude randomisée double aveugle rapporte que les effets indésirables de la toxine botulique de type A contre placebo sont identiques. Les contre-indications sont: -infection évolutive du site d’injection. -hypersensibilité à un constituant (albumine). Des précautions sont à utiliser dans les situations suivantes: -neuropathie périphérique. -prise concomitante d’aminoglycoside. -grossesse, allaitement.

  Quel utilisation en tant que fillers? L'injection d'acide hyaluronique utilisés en esthétique sont polymérisés et stabilisés. Issus pour la plupart d’extraction bactérienne à partir du Streptococcus equi. Parce que la molécule est similaire entre les organismes et les espèces, elle est bio-compatible et non immunogène. C’est la clé du succès de cette molécule: réduction du nombre d’effets secondaires et évite les tests de sensibilité 2 à 4 sem avant. Après extraction, filtration et purification, la structure est modifiée pour pouvoir être administrée au niveau des tissus pour une période de 6 à 12 mois. L’AH naturellement produit dans les tissus ne persiste pas plus de 24 h. Pour permettre une meilleure demi-vie, l’AH doit subir un processus de stabilisation. Ce processus appelé cross- linking utilise du BBD butanedioldiglicioile et du vinyl sulfone. La sécurité est assurée par une phase de lavage pour éliminer tous les résidus de BDD afin d’obtenir un produit pur, non-toxique et biocompatible. Il existe donc une balance du produit entre sa stabilité et sa compatibilité. L’idéal serait d’avoir une molécule identique non dégradable par les hyaluronidases. AH dans le vieillissement facial Il existe de nombreuses variétés de produit pour restaurer les volumes perdus au cours du vieillissement. Pour permettre ces corrections une grande quantité de produit est nécessaire. Il existe des implants spécialement conçus pour les zones profondes. Ces types d’implants peuvent être utilisé au niveau des rides profondes pour créer un support pour une correction superficielle ultérieure. Cette technique est appelée COMPOSED-FLOOR. La zone la plus concernée par cette technique est le sillon naso-génien. La vallée des larmes peut être corrigée par une injection pré-periosté avec des produits d’une viscosité moyenne médialement au niveau du rebord orbitaire inférieur. La toxine botulique reste le traitement de référence des rides frontales horizontales et glabellaires. Ce qui ne veut pas dire que l’association des techniques est contre-indiquée. Au contraire, sur les rides profondes ou les peaux très épaisses, comme chez les hommes, un comblement associé à la toxine peut éliminer la mémoires des rides. La combinaison peut être effectuée en même temps ou au cours de 2 séances séparées. De plus, le comblement intervient là où la toxine est contre-indiquée, chez les patients présentant une ptôse sourcilière avec blépharochalasis ou pour corriger les rides horizontales localisées à 1-1,5 cm du sourcil. Il peut être utilisé aussi au niveau des rides de la paupière inférieure et des tissus mous de la fosse temporale. Extraction tissulaire: contient des impuretés des tissus d’origine. Production biotechnologique: à partir de bactéries dans des milieu de culture, l'acide hyaluronique en grande quantité et purifié. Temps de residence Le turn over endogène ou exogène est très rapide mais peut être amélioré en changeant la taille de la molécule et la concentration du produit. Il dépend probablement de la présence de radicaux libres qui clivent les molécules d’AH et qui peut être alors lié à la membrane cellulaire et la dégrader par pinocytose. La majeure partie de la dégradation de l’AH se fait par dépolymerisation au niveau du système lymphatique, et relargage au niveau de la circulation où elle est catabolisée en eau et dioxyde de carbone.