Pour tout connaitre du Botox et de l'Acide hyaluronique

Rides du front « horizontales »






Le muscle frontal est le seul muscle releveur du sourcil.

Il faut donc éviter de le paralyser complètement pour obtenir un résultat naturel et pour éviter un ptôse des sourcils.

Il faut savoir:

-Qu’il existe une variabilité interindividuelle de la fonction musculaire frontale.

-Une difficulté de sa prise en charge isolée du fait du ptôsis sourcilier potentiel et du risque d’effacer complètement certaines rides et de laisser d’autres apparentes.

-Un risque de surcorrection donnant un aspect figé.

ANATOMIE

La ptôse sourcilière résulte d’un mécanisme mixte  avec d’une part une modification de la balance fronto-orbiculaire et une ptôse des tissus d’autre part.
La mobilité fronto-sourcilière et occulo-palpébrale est une mécanique subtile influençant la forme et la position du sourcil.

Le seul vecteur élévateur est représenté par le muscle frontal.
Son insertion fait défaut au niveau du 1/3 externe du sourcil ce qui explique que la ptôse affecte plus précocement cette zone.
Tous les autres muscles (orbiculaire, corrugator, porcerus, depressor) sont abaisseurs du sourcil, avec des vecteurs d’orientation différents.
L’orbiculaire possède un vecteur concentrique centré sur l’orbite.

Cette balance est construite en plusieurs plans: le muscle frontalis est dans le plan n°3 en continuité avec le fascia temporal superficiel, l’orbicularis oculi est posé dessus. Le corrugator traverse l’ensemble.
Ce système possède un jeu lubrificateur pour chaque muscle : les syssarcoses du corps adipeux galéal pour le fontal et le corrugator. Le coussinet adipeux de Charpy pour l’orbiculaire et l’espace de glissement supra-sourcilier pour le corrugator et le frontalis.
La position du sourcil est donc déterminée majoritairement par le jeu musculaire.